Besoin d’une fiche métier ?


Vous souhaitez obtenir des informations détaillées sur une profession ou un secteur d’activité afin de lancer votre projet de création d’entreprise, ou en savoir plus sur votre secteur ?

Munissez-vous d’une fiche métier éditée par des professionnels reconnus. Moyennant un investissement modeste (10€) vous pourrez :

  • Accéder à une présentation de l’activité/secteur
  • Obtenir des données chiffrées pour peaufiner votre étude de marché ou votre plan d’affaires
  • Etre informé des moyens/investissements nécessaires pour démarrer l’activité
  • Connaître les règles de la profession et les sources d’informations utiles

Les différentes fiches métiers proposées sur le site Needocs sont des sources d’informations à mettre entre toutes les mains (porteurs de projet, dirigeants, employés, étudiants etc.).

Ces fiches vous seront d’une grande aide pour envisager une reconversion professionnelle.

Contenus relatifs : agence de voyage, cours de cuisine, marchés de la décoration, organisateur de mariages, commerce de détail de chaussures, e-commerce e-boutique

Image: Flickr (Creative Commons)

Share on Facebook

[Needocs] Bonne année 2013!


Toute l’équipe de Needocs vous souhaite une très bonne année 2013

Share on Facebook

Comment publier un document ou un ebook sur Needocs ?


La publication sur Needocs est très simple, elle se fait directement sur le site en quelques minutes. Lors de la publication, vous pourrez choisir entre partager gratuitement votre ouvrage ou le vendre. Dans le cas de la mise en vente, vous devrez renseigner votre IBAN/BIC pour être rémunéré par virement le mois suivant à hauteur de 60 % TTC du produit des ventes.

La publication se fait en 2 étapes : l’inscription puis l’upload (chargement) du fichier.

1. S’inscrire

La première étape consiste à cliquer sur le bouton « Publier » qui vous guidera vers le formulaire d’inscription.

Vous devrez saisir vos pseudos, mot de passe et email.

Une fois ces informations renseignées, vous serez invité à compléter votre profil (optionnel). Pour publier un fichier, cliquez directement sur « Publier ».

2. Uploader son fichier

Au début de cette 2ème étape, vous devrez choisir entre le partage gratuit ou la mise en vente de votre ouvrage.

2. a) Cas de la publication gratuite

Dans ce cas, vous devrez simplement uploader votre fichier (PDF, Word, Excel, Powerpoint, RTF, ZIP) puis renseigner les champs descriptifs de la publication (titre, langue, mots clés, etc.).

2. b) Cas de la publication payante

Dans ce cas, vous devrez renseigner au préalable votre identité, votre adresse et vos coordonnées bancaires (IBAN et BIC) afin de recevoir vos paiements par virement. Vous devrez également uploader votre fichier, compléter les champs descriptifs de la publication et enfin indiquer le prix et les paramètres de prévisualisation (nombre de pages visibles par les acheteurs potentiels). Afin de maximiser les ventes, nous vous conseillons de proposer plusieurs pages de prévisualisation afin de permettre au lecteur de faire son choix.

Il vous reste à cliquer sur le bouton « Enregistrer » et après un délai technique, votre publication sera disponible sur le site. Enfin, n’hésitez pas à utiliser les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google Buzz) pour améliorer la visibilité de votre publication.

Contenus relatifs : étude de marché, fiche métier, modèle cv gratuit, management de la qualité, contrat de travail

Share on Facebook

Apple, une révolution ou une dictature ?


Apple ne plaisante pas lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts. La marque à la pomme a déposé plainte le 18 mars dernier contre Amazon pour l’utilisation de la marque « Appstore ». Même si la plainte est légitime, les excès de protectionnisme récents d’Apple pourraient donner envie au juge de préciser à ces messieurs de Cupertino : « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres » !

Le refus du Flash et le système d’abonnement pour les éditeurs de contenu sont des exemples symptomatiques d’une stratégie de verrouillage des utilisateurs.

Pas de Flash s’il vous plaît

Steve Jobs l’aura assez répété : pas d’applis multi-plateformes, mais des applications exclusives aux terminaux Apple, tant pis pour le Flash. Face à l’irrésistible ascension des téléphones Androïd, Apple n’a finalement eu d’autre choix que d’assouplir sa position. Ce ne sont donc pas les plaintes des utilisateurs privés de Flash qui ont entrainé un relâchement de l’étreinte mais la concurrence. A tel point que l’on est en droit de se poser la question : qui est au centre de la stratégie Apple, le produit ou l’utilisateur ?

Une souricière pour les éditeurs de presse en guise de système d’abonnement

Apple a officialisé récemment le système d’abonnement qu’il propose aux éditeurs de contenus audio ou vidéo susceptibles de nourrir les applications vendues pour les terminaux Apple. Il s’agit bien de bannir de l’App Store les applications qui proposent d’acquérir des contenus par d’autres canaux. Les détails de cette opération laissent songeur.

Enfin, inutile de revenir sur le tarif des accessoires qui donne aux utilisateurs la désagréable sensation de se faire croquer par la pomme.

Dans sa détermination à combattre les injustices, Apple serait bien inspiré de défendre également la liberté de mouvement de ses utilisateurs, ceci serait une révolution !

Contenus relatifs : smartphones, consoles et jeux vidéos, appareils photo numériquesélectronique grand public

Share on Facebook

Vous pouvez désormais vendre vos packs de documents sur Needocs


Vous pouviez jusqu’à présent ventre vos documents et ebooks « unitairement » sur Needocs. Il est désormais possible de vendre des ensembles de documents thématisés (packs) sur la plateforme.

Vous souhaitez vendre des :

  • Kits (création d’entreprise, templates etc.)
  • Packs (juridique, management de la qualité, certification ISO, cours complet…)
  • Formation (supports, tutoriels, guides)

C’est désormais possible sur Needocs tout en permettant aux lecteurs d’avoir un aperçu des contenus via notre viewer.

Méthodologie : il suffit, lors de la publication, d’uploader un fichier au format zip contenant l’ensemble des documents de votre pack ainsi qu’un document Word nommé « previ.doc » dont le contenu sera visible par le lecteur dans notre viewer.

Plus d’une centaine de packs sont d’ores et déjà disponibles sur le site :

Contenus relatifs : fiche métier, étude de marché, ebooks, contrat de travail

Share on Facebook

Axel Springer s’offre SeLoger


Après une longue bataille boursière, l’allemand Axel Springer réussi son OPA sur le célèbre site français d’annonces immobilières. Les actionnaires ont suivi la voix de leurs dirigeants et souscrit à l’offre réévaluée (valorisant SeLoger.com à 633 millions d’euros) du groupe de presse Allemand.

Après Aufeminin.com en 2007, c’est donc une nouvelle pépite de l’internet français qui est rachetée par Axel Springer.  SeLoger.com n’atteint pas les niveaux de valorisations récemment annoncés pour Facebook ou Twitter mais la transaction valorise néanmoins Seloger.com autour de 25 fois son résultat net estimé de 2010…

Share on Facebook

La banque J.P. Morgan convoiterait 10% du capital de Twitter


Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant de voir J.P. Morgan suivre les pas de sa rivale Goldman Sachs qui a récemment investit dans Facebook.

La banque américaine J.P. Morgan, qui vient de boucler une levée de fonds de 1,2 milliards de dollars pour investir dans les réseaux sociaux, serait déjà en train de tourner autour de Twitter.

Selon le Financial Times, J.P. Morgan étudierait un investissement de 450 millions de dollars pour 10% du capital de la célèbre plateforme de microblogging (soit une valorisation de 4,5 milliards de dollars).

A l’image de DST et Goldman Sachs, J.P. Morgan ne semble pas effrayée à l’idée de valoriser une entreprise 30 fois ses revenus prévisionnels de 2011. La banque serait par ailleurs, également en discussion avec Zynga et Skype.

Nul doute que cette ruée récente vers des valeurs technologiques sur le point de faire leur introduction en bourse est motivée par l’exemple Google….Le géant californien avait été introduit en bourse pour 83$ et traite aujourd’hui à plus de 600 dollars….

Contenus relatifs : Tirer le meilleur parti de Twitter, Twitter for beginners, The complete guide to Twitter, Twitter tools

Image : Flickr (Creative Commons)

Share on Facebook

Le fonds russe DST entre dans Spotify


Après des investissements remarqués dans Facebook, Zynga (éditeur des jeux communautaires Farmville et Mafia Wars), ICQ (messagerie instantanée) et Groupon, le fonds d’investissement russe Digital Sky Technologies  s’apprête à faire son entrée chez Spotify, le célèbre service gratuit de musique en ligne.

En moins de deux ans, le fonds Russe s’est taillé une part de choix dans le web mondial en parvenant à prendre des participations minoritaires dans des sociétés matures et leaders dans leur marché.

L’objectif affiché est simple, DST a pour ambition de constituer « une puissance internet russe » et n’hésite pas à ce titre à rentrer dans le capital des stars du net à coups de millions de dollars. Le fonds, encore limité en ressources humaines, se cantonne pour le moment à « signer des chèques » et souhaiterait à l’avenir s’impliquer plus auprès de ses sociétés.

Manifestement ce modèle ne semble pas déplaire aux Facebook, Groupon et autres Spotify qui rappelons le ont tous rejetés des offres de rachats quelques semaines avant d’accueillir DST dans leur capital.

DST semble effectivement avoir le chic pour réussir à faire son entrée dans des entreprises ciblées par les géants du net tels que Google, Microsoft ou Apple, et n’a vraisemblablement pas fini d’intriguer…

Contenus relatifs : L’histoire de Facebook, New venture valuation, Venture capital contracts

Image : Flickr (Creative Commons)

Share on Facebook

Mise à jour de l’algorithme de Google — Ouverture de la chasse aux « fermes à contenus »


Google vient d’annoncer par l’intermédiaire d’Amit Singhal, le responsable du département « Search Quality » une mise à jour importante de son algorithme de classement qui devrait impacter plus de 10%  des requêtes effectuées sur le célèbre moteur de recherche.

L’objectif affiché par le géant de Mountain View étant de favoriser les sites proposant des contenus qualitatifs dans ses classements et de faire la chasse aux « fermes à contenus » sans pour autant faire de précisions sur les critères permettant d’identifier ces dernières.

Le déploiement de cette mise à jour aura lieu dans un premier temps aux Etats-Unis et sera étendu au reste du globe « over time » pour ajouter à la touche de mystère. L’onde de choc créée a déjà atteint les forums « spécialisés » ou chacun y va de sa définition du « content farms » et s’inquiète à l’idée de faire partie des 10% impactés.

L’opacité de Google sur son algorithme qui occupe quotidiennement plusieurs centaines d’ingénieurs chevronnés a donné lieu à bien des fantasmes et hante aujourd’hui tous les webmasters de la planète.

Chacun essaye, avec plus ou moins de succès, d’optimiser le positionnement de son site et de se mettre dans les meilleures dispositions possibles vis-à-vis de la firme californienne. Le moteur de recherche dispose en effet d’une part de marché de l’ordre de 90% en France et proche de 70% dans le monde. Autant dire qu’il est impensable aujourd’hui de mettre en place une stratégie marketing sur Internet en ignorant les « bonnes pratiques » recommandées par Amit Singhal et Matt Cutts.

Contenus relatifs : Guide de démarrage Google, Facteurs clés de succès de Google, Le guide du référencement naturel, Principes du référencement SEO

Image : Flickr (Creative Commons)

Share on Facebook

Bienvenue sur le blog de Needocs !


Ce blog a pour vocation à être un espace d’échange sur l’actualité du site, de l’édition numérique et de l’internet au sens large. Nous vous proposerons des billets réguliers sur ces thématiques variées et répondrons à tous vos messages. Ce sera également l’occasion de recueillir vos avis sur les prochaines évolutions du service afin de répondre au mieux à vos attentes.

N’hésitez pas à nous suivre sur nos pages Facebook et Twitter.

L’équipe Needocs

Share on Facebook